Etude des facteurs génétiques impliqués dans la sécrétion d’enzymes chez les souches hyperproductrices de Trichoderma reesei

Statut
pourvu
Direction de recherche

La production industrielle d’enzymes lignocellulolytiques par Trichoderma reesei, l’une des clés de voûte des procédés de production d’éthanol carburant à partir de biomasse lignocellulosique, est économiquement très contrainte, et dépend notamment de la capacité de cet ascomycète à sécréter de grandes quantités d’enzymes. Les souches hyperproductrices produisent un réticulum endoplasmique très développé si elles sont mises en présence d’un substrat inducteur de la production d’enzymes. Malgré le séquençage des souches hyperproductrices et sauvages, une explication claire de ce phénotype sur la base des modifications génétiques survenues lors des étapes de mutation aléatoire fait toujours défaut. La présente thèse propose donc d’identifier des gènes responsables de cette propriété d’hypersécrétion. Dans un premier temps, des données transcriptomiques de T. reesei, mais aussi celles d’autres champignons filamenteux dont la voie de sécrétion a été étudiée, vont être analysées pour identifier des nouveaux éléments de la voie de sécrétion, incluant des facteurs de régulation. Les résultats obtenus vont permettre de construire des souches mutantes qui seront ensuite analysées au niveau phénotypique et transcriptomique. Dans un deuxième volet de la thèse, des souches sécrétant peu ou pas de protéines seront soumises à une mutagénèse aléatoire et criblées pour une sécrétion améliorée sur substrats non-inducteurs. Les résultats devront contribuer à mieux comprendre les mutations responsables du caractère hyperproducteur des souches et à dégager des nouvelles pistes d’amélioration de la sécrétion des cellulases et d’autres protéines par T. reesei.

Mots clefs: Trichoderma reesei, enzymes lignocellulolytiques, sécrétion, transcriptome, bioéthanol

  • Directeur de thèse    Dr MARGEOT Antoine, Dép. de Biotechnologie, IFPEN 
  • Ecole doctorale    ED581 ABIES/ AGRICULTURE, ALIMENTATION, BIOLOGIE, ENVIRONNEMENT, SANTÉ (www.agroparistech.fr)
  • Encadrant IFPEN    Dr. Senta Blanquet, Dép. de Biotechnologie, senta.blanquet@ifpen.fr
  • Localisation du doctorant    IFP Energies nouvelles, Rueil-Malmaison, France
  • Durée et date de début    3 ans, début au plus tôt le 1er novembre 2020 
  • Employeur    ADEME, Paris, France
  • Qualifications    Master 2 dans le domaine de la biologie (ENS, AgroParisTech, ENSA, INSA, UTC, Polytech ou université…). De par la nature des travaux, le candidat devra posséder une solide formation en génétique et biologie moléculaire. 
  • Connaissances linguistique    Anglais, connaissances de base en français 
  • Autres qualifications    Des connaissances en bioinformatique (surtout dans le traitement des données –omiques) sont un plus.
Contact
Encadrant IFPEN 
BLANQUET Senta
Dép. de Biotechnologie
Texte libre

IFP Energies nouvelles est un organisme public de recherche, d’innovation et de formation dont la mission est de développer des technologies performantes, économiques, propres et durables dans les domaines de l’énergie, du transport et de l’environnement. Pour plus d’information, voir www.ifpen.fr. 
IFPEN met à disposition de ses chercheurs un environnement de recherche stimulant, avec des équipements de laboratoire et des moyens de calcul très performants. Tous les doctorants participent à des séminaires et des formations qui leur sont dédiés.