Sciences et technologies du numérique

Conception optimale du réseau de mobilité urbaine pour un partage durable de l'espace entre les véhicules et les modes de transport doux

Aujourd'hui, nous assistons à une propagation rapide de la mobilité multimodale dans nos villes et à une volonté des collectivités de promouvoir de nouveaux comportements de mobilité. Ces changements entraînent une évolution et une croissance des réseaux routiers avec des modifications qui sont souvent loin d'être conçues de manière optimale, et les autorités publiques commencent à étudier comment intégrer de nouveaux chemins et routes pour les nouveaux modes de transport doux (vélos, trottinettes, etc.).

Méthodes Hybrid High-Order pour le traitement de la propagation de fissures par champ de phase

On s’intéresse dans cette thèse à la modélisation de la propagation de fissures. Les formulations historiques ont deux types d’inconvénients. Dans le cas des modèles d’endommagement locaux, les limitations viennent du fait que les résultats dépendent du maillage de calcul. Lorsqu’on modélise chaque fissure indépendamment, en revanche, le facteur limitant est le coût de calcul. La méthode de modélisation de fissures par champ de phase a l’avantage d’être une méthode continue qui s’intègre naturellement à la Mécanique des Milieux Continus et aux outils numériques associés.

Réduction d’arbre de scénario et méthode de décomposition d’opérateurs pour l’optimisation stochastique de systèmes énergétiques.

La baisse des coûts de production des systèmes de production d’énergie distribuée et des systèmes de stockage électrochimiques couplée à l’évolution de la réglementation rendent possible la construction de d’opérations de gestion de l’énergie à la maille locale. Le développement de telles opérations sera d’autant plus aisé qu’il permettra aux différents acteurs en jeu de diminuer leur facture d’électricité et/ou leurs émissions de gaz à effet de serre. Or, pour atteindre cet objectif, les différents systèmes énergétiques ont besoin d’être optimisés.

Modélisation du refroidissement liquide à nombre de Prandtl élevé

L'avènement récent des véhicules électriques poussent les constructeurs automobiles à concevoir des moteurs électriques plus compacts tournant à des vitesses plus élevées, générant de forts flux thermiques dans un volume restreint. Le refroidissement est donc une problématique cruciale qu’il faut maitriser afin de préserver l’efficacité et la fiabilité d’une machine électrique. Il est envisagé d’utiliser des systèmes de refroidissement innovants basés sur des jets d'huile impactant directement les pièces critiques.

Simulations LES augmentées d'un moteur à combustion interne alimenté en hydrogène

L'électrification des véhicules et le rendement des moteurs à allumage commandé (MAC) sont les principaux leviers pour réduire les émissions de GES. La seconde priorité de la stratégie nationale pour le déploiment de l’hydrogène décarboné est le développement de l'hydrogène comme source d'énergie renouvelable, via une pile à combustible ou via sa combustion dans un MAC. Cependant, des défis technologiques doivent être relevés avant de répondre aux attentes en matière d'émissions, en raison de la complexité des applications hybrides.

Nouveau modèle de microstructure par empilement et contraintes d’orientations

Les supports de catalyseurs à base alumine sont utilisés dans les procédés de conversion de la biomasse en développement. Ce sont des matériaux poreux multi-échelles, obtenus dans la plupart des applications après calcination de poudres de boehmite (hydroxyde d’aluminium précurseur de l’alumine) et composés de nano plaquettes denses d’alumine agencées de manière complexe.

Développement d'une méthode robuste de raffinement de maillage adaptatif pour la Simulation aux Grandes Echelles : application aux déflagrations d'hydrogène

Une réduction significative des émissions de gaz à effet de serre est nécessaire pour maintenir le réchauffement de la planète à un niveau acceptable au cours des prochaines décennies. En particulier, la décarbonisation des secteurs de l'énergie et des transports est nécessaire. L'utilisation de l'hydrogène est une alternative plausible aux combustibles fossiles, car sa consommation, par les processus de combustion traditionnels ou dans les piles à combustible, n’émet pas de CO2. Il peut par exemple apporter de la flexibilité aux systèmes basés sur des énergies intermittentes.